Les SCPI fiscales : comment économiser des impôts avec l’immobilier ?

Le principe des SCPI fiscales consiste à faciliter un investissement dans l’immobilier locatif. Ils s’occupent notamment de la gestion locative et garantissent une réduction d’impôt aux bénéficiaires. Les SCPI fiscales font donc partie des solutions d’investissement qui permettent de défiscaliser. Ils offrent divers autres avantages. Toutefois, avant de vous lancer dans les SCPI fiscales, il est crucial d’en connaître les divers véhicules d’investissement.

Les SCPI fiscales : de quoi s’agit-il ?

Dans le cadre de l’investissement immobilier locatif, si vous voulez réduire le montant de vos impôts, il n’y a pas mieux qu’un placement en SCPI fiscales. En plus, vous vous constituerez un placement d’épargne optimal dans l’immobilier. En retour, l’investisseur est tenu de garder ses parts, sous une durée plus importante et uniquement avec des SCPI de rendement.

Quel que soit le type de SCPI fiscale choisi, l’investisseur peut réaliser un placement dans l’immobilier est ainsi bénéficier d’avantages fiscaux non négligeables. En plus, il n’aura pas à se soucier de la gestion de ses biens. La société de gestion d’une SCPI fiscale a pour rôle principal, la composition du parc immobilier avec principalement des biens tirant profit des avantages fiscaux. C’est tout le contraire des SCPI de rendement où les investissements des sociétés de gestion portent généralement sur l’immobilier professionnel.

SCPI fiscales : types et avantages fiscaux

En fonction des biens acquis, il existe divers types de SCPI fiscaux avec chacun possédant ses propres spécificités et avantages.

SCPI Pinel

Avec le SCPI Pinel, il y a une réduction fiscale variant selon la durée d’investissement considérée. Les pars de l’associé sont conservées durant 9 ou 12 ans et une réduction de 18 % ou 21 % est alors appliquée sur le montant total de la souscription.

Cette dernière est ouverte pour une durée de 30 à 36 mois. À la fin du dispositif Pinel, l’ensemble du parc immobilier concerné est alors revendu par la société de gestion. Ainsi, les souscripteurs pourront revendre leurs parts.

SCPI Malraux

Les SCPI Malraux s’orientent vers les épargnants afin de collecter des fonds. Cela leur permettra de disposer de financements pour acquérir ou rénover un patrimoine de résidences anciennes. Ces dernières doivent être localisées dans des zones assujetties au dispositif Malraux.

La réduction d’impôts correspondante pour l’investisseur constitue en contrepartie, 30 % de la somme des dépenses de travaux. Cela est déterminé par foyer fiscal et sur les 4 ans de la durée de la souscription, le tout dans la limite pluriannuelle de 400 000 €.

SCPI déficit foncier

L’avantage fiscal garanti et offert par la SCPI déficit foncier porte sur les travaux effectués sur les biens immobiliers rachetés par la SCPI. Ces travaux génèrent des charges et par conséquent du déficit foncier avec un plafond annuel de 10 700 € pour chaque foyer fiscal.

Le placement en SCPI déficit foncier peut s’avérer bénéfique pour les personnes possédant des revenus fonciers élevés. Il leur permet lors de bénéficier d’une réduction d’impôts de près de 45 %. La période de latence pour souscrire au SCPI déficit foncier est d’environ 3 ans.

Les limites des SCPI fiscales

Malgré leurs nombreux avantages, les SCPI fiscales présentent quelques limites. Le plus palpable est bien sûr le rendement généré qui est plutôt faible. Comparé aux SCPI de rendement, où le chiffre tourne autour de 5 % du prix de la part, le rendement des SCPI fiscales est d’environ 3 %.

L’autre désavantage des SCPI fiscales est qu’elles n’ont plus raison d’être dès l’instant que l’avantage fiscal prend fin. Alors, elles font l’objet d’une dissolution des 11 et 17 ans après qu’elles aient été créées. À cela, il faut ajouter que ce type de placement est à long terme.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *